Est-il temps d’améliorer votre masque facial et de passer au masque FFP2 ?

masque ffp2

Certains experts affirment que nous devrions tous porter des masques plus performants pour lutter contre la nouvelle variante du COVID-19. Découvrez comment améliorer votre demi-masque et rester en sécurité.

Nous sommes nombreux à avoir constitué une petite collection de masques de protection respiratoire réutilisables que nous faisons tourner. Mais avec la nouvelle variante qui se propage rapidement et les informations en provenance de l’étranger selon lesquelles des masques médicaux de qualité supérieure sont exigés dans certains lieux publics, il est temps de faire le point sur ce que vous utilisez pour vous couvrir le visage.

Les inquiétudes croissantes suscitées par les variantes du COVID-19 qui se propagent plus rapidement ont incité la France à interdire le port de certains masques artisanaux en public au profit de masques de qualité supérieure, tandis que l’Allemagne et l’Autriche exigent désormais le port de masques “filtrants” (FFP) dans les transports publics et les magasins. Il n’y a pas encore de changement de ce type ici, bien qu’une norme BSI Flex soit en cours d’élaboration, qui fixerait une limite minimale à l’efficacité de la filtration (dans quelle mesure l’équipement de protection tel que le masque respiratoire empêche les particules de s’échapper). Jusqu’à présent, le conseil a été le suivant : pour le public, les masques réutilisables constituent une option plus pratique, plus économique et plus écologique que les masques médicaux de qualité supérieure, qui sont destinés aux professionnels de la santé, sont souvent à usage unique et doivent être adaptés par un spécialiste pour être efficaces. Pour l’instant, ce conseil reste valable, même si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) conseille aux personnes âgées ou vulnérables d’envisager le port d’un masque chirurgical jetable dans certaines circonstances. Mais si vos masques réutilisables ont l’air un peu fatigués et usés, s’ils ne sont pas bien ajustés ou s’ils ne comportent qu’une ou deux couches, il est temps d’améliorer votre arsenal de protection respiratoire individuelle. Comme l’ont révélé nos tests indépendants de masques, il existe de grandes différences d’efficacité entre les différents types de masques. En règle générale, plus il y a de couches, mieux c’est, mais vous devez aussi pouvoir respirer confortablement. Comment acheter le meilleur masque facial ?

 

Qu’est-ce qu’un masque FFP et en avez-vous besoin ?

Les masques respiratoires FFP2 sont conçus pour protéger l’utilisateur contre l’inhalation de particules fines et pour filtrer les exhalaisons. Ces masques de protection des voies respiratoires doivent être conformes à la norme britannique EN149:2001 et porter le marquage CE. Les masques FFP doivent être moulés sur le visage, afin de créer un joint où l’air ne peut s’échapper pour assurer une étanchéité totale. Ils sont étiquetés un, deux ou trois, en fonction de leur efficacité de filtration. Les masques FFP2 et FFP3 filtrent respectivement plus de 94% et 99% des bactéries, des poussières et des aérosols, ce sont donc ceux auxquels on se réfère. Les masques FFP2 sont à peu près l’équivalent des masques N95 aux États-Unis ou des masques KN95 en Chine. Cependant, ils ne sont pas très pratiques pour une utilisation quotidienne par le public à l’échelle mondiale, pour des raisons de coût, d’environnement et d’approvisionnement. Ils sont pour la plupart à usage unique, ce qui a un impact significatif sur l’environnement, et le maintien d’un approvisionnement régulier de ces masques pèse également sur vos finances. S’il y a une ruée soudaine pour acheter ces masques, nous pourrions être confrontés aux mêmes problèmes de manque d’EPI pour le personnel de première ligne qu’au printemps dernier. L’autre précaution à prendre est que ces masques anti-poussière doivent vraiment être bien ajustés pour faire leur travail, sinon l’air s’échappera par les bords (surtout si vous avez des poils sur le visage).

Les masques réutilisables peuvent avoir une filtration très efficace.

L’interdiction française des protections faciales artisanales s’applique aux “masques en tissu dont la qualité de filtrage est inférieure” à environ 70 %. Or, bon nombre des masques testés dépassaient largement ce seuil. Les masques dont l’efficacité de filtration bactérienne (BFE) était inférieure à 70 % lors des tests ont été jugés défaillants, et ils ont été baptisés “Don’t Buys”. Les pires contrevenants étaient tous les masques extensibles à une seule couche. Ils devraient être retirés du marché car ils ne sont pas à la hauteur. Les protections faciales les mieux notées en termes de filtration lors des tests ont été capables de bloquer plus de 99 % des particules bactériennes pénétrant dans le matériau du masque de protection respiratoire. Ils étaient légèrement moins respirants que les options globales ce certains masques FFP2, mais vous serez peut-être heureux de faire ce compromis. Il convient de noter que les particules de coronavirus, comme celles de la grippe, peuvent être beaucoup plus petites (jusqu’à 0,1 micromètre de diamètre), mais la mesure de l’efficacité de la filtration bactérienne est le test standard pour les produits de ce type et nous permet d’avoir une idée de la façon dont les masques offrent une barrière aux particules solides et liquides en général, en utilisant les bactéries comme indicateur.

Amélioration de votre protection faciale

Il existe plusieurs options pour améliorer l’efficacité de votre protection faciale : nouveau masque anti poussière, plus de couches – optez pour un masque comportant soit deux couches et une poche filtrante, soit trois couches. Veillez à ce qu’il soit bien ajusté à votre visage. Si vous avez un visage plus ou moins grand, recherchez un masque offrant plusieurs options de taille ou des élastiques réglables pour un ajustement plus précis. Couches supplémentaires – si vous disposez d’une poche filtrante inutilisée, vous pouvez soit acheter des filtres jetables, soit utiliser des filtres à café ou à papier absorbant, qui ajoutent tous deux une couche supplémentaire de filtration à votre masque. Evitez de porter un masque avec ventilation assistée par la présence d’une valve ou d’une soupape. Ce type de masque permet de rejeter l’air à l’extérieur lors de l’expiration. Si le confort lors du port du masque est plus important, vous risquez de propager un agent contaminant dans l’air ambiant.

Filtres jetables et masques semi-jetables

Les masques sont des équipements de protection qui ont obtenu les meilleurs résultats lors des tests de filtration qui utilisaient des filtres jetables à insérer dans le masque et à changer fréquemment. Il s’agit du type de masque filtrant jetable, qui filtre tous plus de 99 % des particules après cinq lavages, lorsqu’ils sont utilisés avec un filtre en place.

Masques semi-jetables

De même, il existe maintenant sur le marché des appareils de protection de type masques “semi-jetables”. Ils prétendent avoir des caractéristiques de filtration plus élevées mais vous permettent également de les porter et de les laver un certain nombre de fois avant de devoir les jeter.

Qu’en est-il du double-masquage ?

Une idée qui fait son chemin est celle du double-masquage. Si vous avez regardé la cérémonie d’investiture du président américain, vous avez peut-être aperçu quelques personnes portant un double masque dans l’assistance, et le Dr Anthony Fauci, médecin-conseil en chef des États-Unis, en est apparemment partisan. L’idée est que le port de deux masques – un masque chirurgical jetable à l’intérieur et un masque réutilisable à l’extérieur – est préférable à un seul. Essentiellement, le masque jetable agit comme une couche filtrante, tandis que le masque extérieur favorise un ajustement parfait. Une nouvelle étude du Centre for Disease Control (CDC) des États-Unis a montré que le “double masque” peut réduire le risque d’infection. Si vous êtes particulièrement anxieux à l’idée d’évoluer dans des environnements clos et animés, cette solution peut être envisagée. Le principe de base reste le suivant : plus de couches = meilleure filtration. Et vous devez toujours vous assurer que vous pouvez respirer librement et qu’il n’y a pas de gros trous sur les bords.

Alors, est-il temps de passer au jetable ?

Avec toutes ces options, il est bon de garder à l’esprit que les équipements de protection individuelle tels que les masques et les filtres jetables représentent un coût permanent et créent des déchets par rapport à une protection entièrement réutilisable. S’équiper de la meilleure option de couverture réutilisable, se rappeler de garder ses distances même lorsqu’on porte un masque, pratiquer une bonne hygiène et laver son masque correctement sont autant d’éléments clés pour se protéger et protéger les autres. Pour les rencontres à plus haut risque, où vous êtes plus enfermé pendant une période prolongée avec d’autres personnes, il se peut que vous souhaitiez échanger votre masque contre un masque jetable, ou le doubler. Il vaut également la peine d’essayer d’éviter l’heure de pointe dans les magasins si vous pouvez faire vos achats à d’autres moments.

Quand remplacer votre protection faciale

C’est le moment idéal pour faire le point sur les masques que vous possédez et voir s’ils ne sont pas un peu dépassés. Si votre couvre-chef se détache, se déforme ou que l’élastique s’use, il est temps d’en acheter un nouveau. Il en va de même si la barrette nasale ne s’adapte plus très bien ou si le matériau est visiblement usé. Pensez également à la durée d’utilisation de votre masque et au nombre de lavages qu’il a subis. Il n’y a pas de règle absolue, mais si vous avez beaucoup lavé et porté la première protection faciale en tissu que vous avez achetée en juin, il est probable qu’elle n’est plus à son meilleur.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*